Healthy life

Définition des perturbateurs endocriniens par l’Union Européenne : bonne ou mauvaise nouvelle ?

5 juillet 2017
Définition des perturbateurs endocriniens par l'Union Européenne

Hier, les pays de l’Union Européenne sont enfin parvenus à un accord sur la définition des perturbateurs endocriniens. Pourtant, les ONG et les scientifiques se sont immédiatement déclarés très préoccupés par cette annonce d’autant que seuls les pesticides sont aujourd’hui concernés. Alors bonne ou mauvaise nouvelle ?

LA FRANCE A-T-ELLE PLIÉ ?
Disons le d’emblée, si la définition a pu être adoptée après plusieurs mois d’absence de consensus, c’est que la France a cette fois décidé de voter en sa faveur alors qu’elle s’y était toujours refusée. La majorité qualifiée a ainsi pu être atteinte.

UNE DÉFINITION DÉNONCÉE PAR LES SCIENTIFIQUES ET LES ONG
Pourtant, la définition adoptée est loin de faire l’unanimité dans la communauté scientifique et les ONG. Elles dénoncent même une définition laxiste très insuffisante pour faire face aux enjeux.

Au mois de juin, 3 sociétés savantes – Endocrine Society, la Société européenne d’endocrinologie et la Société européenne d’endocrinologie pédiatrique – avait d’ailleurs tenté d’alerter des dangers d’une telle définition et du trop haut niveau de preuves exigé pour qu’un ingrédient soit classé parmi les perturbateurs endocriniens.

UNE DÉFINITION QUI NE CONCERNE QUE LES PESTICIDES
On le sait, les perturbateurs endocriniens sont omniprésents dans notre environnement : plastiques, alimentation, cosmétiques… sont des pourvoyeurs importants. L’Union Européenne a fait le choix de ne statuer pour le moment que sur les pesticides laissant une large partie de l’enjeu en suspend.

ET DÉJÀ UNE DÉROGATION
Mais voilà, à peine la définition à peine adoptée, une dérogation est d’ores et déjà accordée aux pesticides « conçus spécifiquement pour perturber les systèmes endocriniens des insectes ciblés » et dont il n’existe aucune garantie qu’ils ne modifient pas le système hormonal d’autres espèces dont les hommes.

Le chemin semble encore long avant qu’une réglementation véritablement protectrice soit mise en place.

Vous pourrez être intéressé par

Aucun commentaire

Poster un commentaire