La vérité sur les cosmétiques

Les nanoparticules dans les cosmétiques : faut-il s’en méfier ?

9 mai 2017
Les nanoparticules dans les cosmétiques : faut-il s’en méfier ?

Si les perturbateurs endocriniens commencent à susciter l’inquiétude des consommateurs, les nano-particules sont encore largement inconnues du grand public. Très utilisés dans de nombreux secteurs industriels et présents dans des produits de consommation très divers, dont les cosmétiques, elles soulèvent pourtant de nombreuses questions, notamment du fait de leurs possibles incidences sur la santé. Explications.

LES NANOS, C’EST QUOI ? 
Le terme nano est le préfixe du système international d’unités qui représente un milliardième de l’unité de base. Au sens strict du terme, un nanomatériau est un matériau dont la taille est inférieure à 1 micromètre (1000 nanomètres), comprise entre 0 et 999 nanomètres. Vous l’aurez compris, c’est très très petit. Et c’est justement tout le problème.
On retrouve aujourd’hui les nanomatériaux, dont les propriétés sont différentes de celles qui prévalent à une plus grande échelle, dans un grand nombre de secteurs : aéronautique, automobile, chimie, électronique, énergie, environnement… et cosmétique.

À QUI SERVENT LES NANOS EN COSMÉTIQUES ?
Les nano-objets ont de nombreuses applications en cosmétique.
• L’encapsulation : pour protéger des actifs fragiles (rétinol, tocophérol, coenzyme Q10, acide ascorbique…) ou, dans une formule, des molécules incompatibles entre elles.
La technique permet aussi une libération contrôlée et/ou ciblée des actifs, au fil du temps ou dans certaines conditions à l’application (la présence de sébum, avec ses propriétés physico-chimiques particulières, peut ainsi « déclencher » la libération d’un ingrédient anti-peau grasse, par exemple).
• Le masquage du goût ou la libération d’arômes.
• Une solubilité ou des propriétés d’écoulement supérieures, comme dans le cas des poudres.
• Des effets sensoriels (toucher, vision), permettant de jouer avec les interférences lumineuses pour des rendus photochromiques, qui permettent, par exemple, à un maquillage de garder la même apparence sur la peau, quelle que soit l’intensité de la lumière, en journée comme en soirée.

QUELS COSMÉTIQUES PEUVENT CONTENIR DES NANOPARTICULES ?
On sait que les produits solaires contiennent classiquement des nano-ingrédients, particulièrement quand la protection qu’ils offrent repose sur les écrans minéraux, poudre de dioxyde de titane et d’oxyde de zinc. Mais ils sont loin d’être les seuls. On retrouve ainsi ces vecteurs d’actifs dans de nombreux soins ciblés de la peau : crèmes éclaircissantes, anti-âge et antirides, sérums régénérants, laits corporels mais aussi soins capillaires… Et bien sûr, ils sont très présents dans les produits de maquillage et les eaux micellaires.

LES NANOS SONT-ILS DANGEREUX POUR LA SANTÉ ? 
L’extrême petite taille des nanoparticules est au cœur même des interrogations.

On les suspecte de pouvoir traverser la barrière cutanée et d’être à l’origine de phénomènes nocifs pour les tissus humains ou les cellules : augmentation du stress oxydatif, production de radicaux libres, promotion de phénomènes inflammatoires, mutation et/ou altérations de l’ADN…

Il semble en effet probable que ces molécules ultra petites trouvent assez facilement leur chemin à l’intérieur de notre organisme : soit par ingestion (rouge à lèvres …), soit par inhalation (poussières de poudres, vapeurs parfumées…), soit encore par le passage de la barrière épidermique, et notamment en cas de lésions (même minimes) de la peau, comme cela peut être le cas en présence d’eczéma ou de boutons, de brûlure due par exemple à un coup de soleil, d’une micro-coupure résultant du rasage…

Pour les identifier, on opte pour une appli qui décrypte la composition des cosmétiques tel que CLEAN BEAUTY.

Vous pourrez être intéressé par

2 Commentaires

  • Répondre Lavignotte monique 11 mai 2017 a 9 h 58 min

    Bonjour
    Si on analyse les ingrédients des fonds de teint ou produit solaire il n’existe aucun produit sans Ci 77…….
    et autre produit nocif mais réglementé on pourrait dire « boire ou conduire il faut choisir » et pourtant ces produits sont soit disant naturel et bio en plus on constate que le résultat sur la peau n’est pas top s’ils ne contiennent pas des substances chimiques je pense que 9 personnes sur 10 regardent l’efficacité et non les ingrédients mais tout est fait pour vendre c’est du pur commerce qui représente des milliards de chiffres d’affaires ex : les produits EuCERIN sont vendus dans les soins dermatologiques en pharmacie ….alors que…..?

  • Répondre etie 13 juin 2017 a 8 h 29 min

    Surtout une fois dans l organisme on ne sais rien de leur élimination.
    Il pourrait très bien s accumuler

  • Poster un commentaire